stage de self-défense

Stage de self défense : l’alternative idéale si vous manquez de temps !

Le taux d’agressivité en France ne tend pas à se réduire pour le moment. Face à l’insécurité qui règne dans les rues de notre pays, l’anxiété et le stress que cela génère n’est pas facile à gérer pour tout le monde. Aussi, si vous souhaitez apprendre les bases de l’autodéfense, sans y passer plusieurs heures par semaine, il existe, bien évidemment, des alternatives aux cours.

Il est clair que le temps manque cruellement à bon nombre d’entre vous. Entre travail et famille, difficile de s’occuper de soi et d’apprendre de nouvelles compétences. Même si vous n’avez pas la possibilité de vous inscrire dans un club de self défense (en plein milieu d’année, par exemple), sachez que vous pouvez tout à fait suivre un stage de self-défense. De cette manière, vous apprendrez les bases pour vous défendre en cas d’agression physique, ou peaufinerez vos acquis.

deux individus s'affrontant, l'un des deux plaçant un coup de pied au niveau de l'aisselle de son adversaire

Pourquoi suivre un stage de self-défense ?

L’avantage incontestable d’un stage de self-défense est certainement son accessibilité. En effet, un pratiquant débutant peut parfaitement participer à un événement organisé par un instructeur agréé, sans craindre de ne pas avoir un niveau suffisant. Même ceux n’ayant jamais pratiqué de sports de combat ou d’arts martiaux sont les bienvenus. Un stage de self défense ressemble à s’y méprendre à un cours particulier, à la seule différence que là, c’est un cours collectif. La durée d’un stage est variable, celui-ci pouvant s’étaler sur plusieurs heures (pour les stages d’initiation) à plusieurs jours pour les stages avancés, de haut niveau. Grâce à lui, une personne ayant un emploi du temps restreint peut facilement découvrir les bases de la self-défense à travers des mouvements simples.

Durant ce stage d’auto-défense, vous apprendrez des gestes simples et efficaces pour vous défendre lors d’une agression physique, verbale ou sexuelle. Aujourd’hui, savoir se défendre est primordial. Autrement dit, suivre un entraînement de self-défense, même occasionnel, vous permet d’acquérir des réflexes naturels de défense contre un agresseur et de connaître quelques techniques de combat essentielles en combat rapproché (aussi appelé « combat au corps »).

Qu’allez-vous apprendre durant un stage de self-défense ?

Commençons par rappeler brièvement ce qu’est la self-défense (ou défense personnelle, pour les francophones). Il s’agit là d’une méthode de combat qui permet de se défendre et de faire face à une agression en un minimum de temps. L’intégrité physique des pratiquants est la seule priorité de la self-défense. Concernant son origine, elle est issue de plusieurs méthodes militaires. Elle s’est étendue aux civils par le biais de disciplines « tout publics » comme le Krav Maga ou le Penchak Silat, et a donné lieu à des variantes telles que le Karaté de rue (adaptation du Karaté au domaine de la self-défense).

L’idée est de réussir à maîtriser un agresseur, quelle que soit la situation et peu importe la force de l’adversaire. Cette pratique offre l’opportunité d’esquiver les coups facilement, de s’extirper de saisies (étranglement, par exemple) ou encore de riposter, avec la même intensité que l’adversaire (pour respecter le cadre de la légitime défense), par des frappes dans les points vitaux du corps humain (les parties génitales, par exemple). Un stage de self-défense permet donc de se perfectionner au combat pour défendre un proche ou pour se défendre soi-même.

Bon à savoir : mesdames, si cela vous intéresse, il existe même des stages de self-défense réservés aux femmes !

sparring avec un partenaire d'entraînement équipé de deux pattes d'ours dans chaque main et d'un plastron, le deuxième s'entraînant à frapper les cibles avec des gants de boxe

Un objectif physique, mais aussi mental !

Plus qu’un simple sport de combat ou art martial, la self-défense offre aussi un avantage psychologique sur l’assaillant. En effet, une agression plonge très souvent la victime dans un état de stress important. Pour prévenir cette éventualité, la pratique de la self-défense est idéale, car elle permet d’avoir une bonne gestion du stress et de retrouver confiance en soi. En effet, un agresseur s’en prend généralement à une personne « faible » et sans défense, de ce fait, vous disposez d’un avantage non-négligeable !

Les effets sont surtout instinctifs, par exemple :

  • Vous êtes davantage attentif à votre environnement (et à ses dangers),
  • Votre condition physique est nettement meilleure,
  • Gérer le stress devient moins difficile,
  • Votre peur du danger est diminuée, mais surtout, elle est maîtrisée.

Favorisez une pratique régulière de la self-défense !

Notez que les bienfaits d’un stage de self-défense sont multiples, mais que seule une pratique régulière de cette discipline est efficace à long terme. En revanche, il est vrai que cela reste le moyen le plus simple et le plus rapide d’essayer, par vous-même, la self-défense. Ainsi, vous aurez de bonnes bases pour vous défendre correctement lors de confrontations à risque.

L’alternative parfaite : la self-défense en ligne

Cependant, sachez qu’il existe une autre solution pour ceux qui n’ont pas le temps de suivre un stage de self-défense (faute d’un emploi du temps qui le permet), étant donné qu’il faut être présent plusieurs jours consécutifs. Pour tous ceux que cela intéressent, j’offre des cours en ligne de self-défense, avec un apprentissage original et pédagogique qui permet d’avoir des résultats concrets, directement à la maison ! Un gain de temps incontestable…

Quant aux personnes désireuses d’approfondir le sujet à haut niveau, en présentiel, je me tiens bien entendu à votre disposition pour toute demande ! Il vous suffit pour cela de vous rendre sur la page « contact » de ce site et de me faire part de votre projet !

About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires