saisie clé de main

Quels sports de self-défense faut-il choisir ?

Aujourd’hui, la self-défense est une discipline très appréciée du public français. Pourtant, il s’avère que très peu de personnes connaissent vraiment la définition de cette pratique. L’objectif commun est clair : apprendre à se défendre. Certes, mais on constate aussi très souvent que les instructeurs n’enseignent finalement pas les mêmes disciplines… Boxe, Maï Thaï, Krav Maga, Penchak Silat, etc. Difficile de s’y retrouver… Du coup, qui fait quoi, exactement ?

Certains sportifs affirment que sport de combat et autodéfense sont deux entités bien distinctes et chacun à son avis sur le sujet. Qui a raison, qui a tort ? Comment faire la différence et comment choisir le sport de self défense qui vous convient le mieux ? Réponse !

clinch lutte

Rappel : qu’est-ce que la self-défense ?

Très simplement, l’auto défense est un enseignement qui permet à toute personne qui le souhaite, peu importe son âge, d’apprendre à se défendre pour faire face à une agression. Autrement dit, à terme, le pratiquant sera capable de réagir à toutes les situations potentielles, que l’agresseur ait une arme ou non. L’objectif est de développer des réflexes pour qu’en cas d’agression physique, vous puissiez vous défendre contre vos agresseurs, toujours dans le respect d’autrui et dans les limites de la légitime défense.

Ainsi, selon la discipline choisie, les techniques de combat ne seront pas les mêmes et les armes pour se défendre également. Prenons l’exemple du Kravmaga qui n’utilise que des objets du quotidien, là où le Kali Eskrima (un art martial traditionnel philippin) se pratique essentiellement à l’aide de bâtons ou de couteaux.

Mais plus important encore, la self-défense est plutôt un terme générique qui désigne une pratique englobant différentes méthodologies axées sur une seule intention : protéger ses proches et soi-même. Simplement, certaines disciplines de self-défense sont plus connues que d’autres, ce qui a entraîné une généralisation du terme.

Quel sport de self-défense est le plus efficace ?

Tous les pratiquants de sport de combat vanteront les mérites de celui qu’ils pratiquent. Vous avez sûrement déjà entendu dire que la boxe ou la MMA sont plus puissantes et plus efficaces, or la question n’est là. Ce qu’il faut vraiment se demander, c’est quelle discipline est la plus utile pour faire face à des agresseurs armés ?

Malheureusement, qui dit sport de combat dit aussi règles. Et dans la rue, il n’y a pas de règles. Aucun arbitre ne sera présent pour mettre fin au combat si cela dégénère. Une personne pratiquant la boxe en compétition fera des combats en suivant une rigueur imposée. Des équipements appropriés (protège-dents, gants de boxe et chaussures spéciales, etc.) avec des limites de temps et un combat sur un ring. Sauf qu’en cas d’agression violente, vous ne serez pas dans la sécurité du gymnase ou du dojo.

Effectivement, un combat à mains nues, sans protection, en tenue de la vie courante et sur un trottoir n’est clairement pas équivalent à celui d’un cadre réglementaire.

Quels sont les sports de self-défense ?

Même si vous y êtes préparé, sachez qu’une mauvaise gestion du stress peut vous faire perdre jusqu’à 60 % de vos capacités physiques et mentales. Si vous êtes ceinture noire de karaté ou champion du monde de boxe ne signifie pas que vous réussirez à vous défendre en combat réel. Vous oubliez instantanément tout ce que vous avez pu apprendre pendant vos cours collectifs. Les sports de self-défense sont en réalité une combinaison de plusieurs arts martiaux et sport de combat classique.

Pour n’en citer que quelques-uns, voilà un tour d’horizon des principaux représentant de la self en France :

  • Le Krav Maga, méthode d’autodéfense israélienne pratiquée par de nombreuses armées dans le monde. Elle mêle des techniques diverses et variées, que l’on peut retrouver dans des sports tels que la boxe, le judo, le Muay Thaï ou encore le Ju-jitsu.
  • Certains styles de Penchak Silat (sachant qu’il existe plusieurs centaines de styles dans le monde), principalement les variantes occidentales focalisées sur l’autodéfense comme le Penchak FISFO de Charles Joussot, ou encore le Penchak Silat de l’Académie Franck Ropers.
  • Le Systema, d’origine russe, employé notamment par le Spetsnaz, corps d’élite de l’armée russe.
  • Des méthodes de self-défense spécifiques, évoluant hors le cadre conventionnel mais qui repose sur une ou plusieurs disciplines en particulier, comme le Mastro Defence System (qui s’inspire du Silat)
  • Le combat rapproché, étant entendu qu’il existe plusieurs discipline se voulant être du combat rapproché, comme la boxe de rue pour les civils, ou encore le TIOR et le C4 pour les militaires.

Ces disciplines s’inspirent en général de plusieurs arts martiaux et sports de combat, mais en excluant tout l’aspect « traditionnel » de ces derniers (rituels de salut, kata, perfection technique, etc…), ainsi que la partie « compétition ».

Ces arts martiaux ou sports de combat sont divers et variés, mais nous pouvons citer notamment :

  • Le Jiu-jitsu est un art martial ancestral hybride permettant de neutraliser un adversaire très rapidement. Cette pratique est moins conventionnelle puisqu’elle fait appel à des clés de bras, des morsures ou encore des coups dans les yeux de l’assaillant.
  • Le karaté, lui, est très direct. Il n’hésite pas à être en combat rapproché. Les frappes sont brèves et précises afin de perturber l’adversaire. Aussi, il est possible d’utiliser les jambes pour se tenir à distance de l’agresseur.
  • Le kickboxing : l’objectif est d’être très rapide et de prendre par surprise. Cette discipline est particulièrement efficace en self-défense, car elle utilise à la fois les poings, les genoux et les jambes. D’ailleurs, vous apprenez à encaisser les coups et à dépasser la douleur.
  • L’aïkido consiste à laisser l’attaquant donner le premier coup afin de lui délivrer une réponse dans les parties sensibles du corps humain. En restant en défense, cet art martial offre l’opportunité d’être toujours hors de portée.
  • La boxe, évidemment ! Attention à limiter sa puissance lorsque vous vous défendez, car aux yeux de la loi, vos mains sont considérées comme des armes naturelles (et mortelles). Le principe est très connu donc inutile d’en dire plus, l’idée est de percuter avec vos poings l’agresseur.
saisie clé de main

À noter que certains arts martiaux intègrent, de par leur nature, une approche de la self-défense dans la discipline. Citons par exemple :

  • Certaines méthodes de Karaté voulant se rapprocher de la notion de self-défense, comme le Karaté de rue ou encore le Karaté Defense Training.
  • Le Kajukenbo, discipline regroupant 4 styles en 1 : Le Karaté, le Judo, le Kenpo et la boxe.
  • L’Hapkido, art martial coréen souvent confondu avec l’Aïkido, qui lui est japonais et avec qui il possède un ancêtre commun, le Daitoryu Aikijujutsu. À l’inverse de l’Aïkido cela dit, la pratique de l’Hapkido est beaucoup plus dynamique et la finalité n’est pas de neutraliser « pacifiquement » l’adversaire mais de réduire sa menace à néant en le détruisant si nécessaire.
  • Le Jeet Kune Do, art martial fondé par Bruce Lee qui repose sur de nombreuses discipline et qui a évolué avec le temps, après avoir été repris et promus par les élèves de Bruce Lee.

Testez par vous-même !

Pour faire le bon choix, n’hésitez pas à essayer toutes les disciplines qui vous plaisent au premier abord. Seulement à partir de là, vous pourrez choisir le sport de self défense idéal pour apprendre à vous défendre dans la rue contre les agressions. C’est d’ailleurs un excellent moyen de prendre confiance en soi ! Si vous voulez vous initier à la maison, découvrez toutes mes vidéos gratuites. Peut-être que cela pourra vous aider à faire votre choix !

About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires