intégrer la violence verbale aux entraînements de self-défense

Pourquoi intégrer la VIOLENCE VERBALE en SELF DÉFENSE

formation en ligne self defense

La gestion de la violence physique est au cœur de la self-défense, c’est autour de cette dernière que s’articulent les cours la majeure partie du temps. Cela passe par des exercices de défense sur des agressions scénarisées (avec saisie, sur une simple menace, avec tentative de coup de poing, etc…), afin de préparer le cerveau à réagir dans telle ou telle situation et éviter la paralysie face à l’inconnu.

La self-défense intègre également un enseignement plus théorique : Compréhension de la biomécanique, gestion du stress, gestion de l’agression par la parole, etc…

Nous allons aujourd’hui brièvement aborder la question de la violence verbale, et pourquoi l’intégrer aux exercices de self.

La violence verbale fait partie intégrante des agressions

Outre la dimension « physique », une agression comporte un aspect psychologique à prendre en compte : Le potentiel choc de la victime vis-à-vis de la violence verbale.

Nous ne sommes en effet pas tous habitués à nous faire violenter de la sorte, et certaines personnes peuvent se sentir perturbées dans une telle situation, ne sachant comment réagir ni comment entamer un éventuel dialogue avec l’agresseur, afin de faire redescendre la pression.

Il y a toutefois un point positif à cette situation : Un agresseur qui s’exprime est un agresseur dont l’objectif n’est pas, vraisemblablement, de vous tuer. Il attends quelque chose de vous, c’est pourquoi il prends la peine de vous mettre la pression verbalement (un agresseur qui voudrait simplement vous planter ne se donnera pas la peine de vous avertir de son approche).

Bien entendu, coopérez autant que faire se peut ! Des biens matériels valent moins que votre vie, nous ne saurions suffisamment le répéter.

Toujours est-il qu’il est difficile de faire baisser la tension pendant une agression, et cela l’est d’autant plus lorsque nous subissons l’agression sur deux fronts.

Une personne insuffisamment préparée à la réalité de la rue sera rapidement dépassée par les évènements. Pour sensibiliser à cette réalité, la solution passe par des jeux de rôle correctement scénarisés à l’entraînement.

Ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air ! Joindre la parole au geste (sans même s’insulter) est assez déstabilisant en cours, entre personnes respectables et qui se respectent. Tout un tas d’inhibitions sociales sont à l’oeuvre, et même dans un tel cadre il est difficile de « lâcher la bête ».

La violence verbale est un leurre

Ne prêtez attention aux paroles de l’agresseur que dans une certaine mesure, et ne vous laissez pas submerger par ces dernières ! Si votre agresseur vous réclame quelque chose, vous devez être en mesure d’identifier quoi, mais cela s’arrête là. Tout le reste doit être filtré. Les insultes doivent rentrer par une oreille et ressortir de l’autre, en somme. Ce ne sont que des mots, le danger est ailleurs !

Ne vous focalisez surtout pas sur les paroles intimidantes, les menaces ou les injures. Ne monopolisez pas votre attention sur des détails vain !

L’égo parle souvent, c’est un fait. Des personnes avec un fort égo seront tentées de prendre tout pour argent comptant, de bomber le torse et de foncer tête baissée pour « rétablir l’honneur ». Ce seront bien entendu les premiers à se prendre un revers.

Soyez plus malin que l’agresseur, ne rentrez pas dans son jeu et focalisez-vous sur le vrai danger : La position des membres, l’environnement, les voies d’échappatoire, etc…

Si l’agresseur arrive à prendre l’ascendant psychologique sur vous, il aura fait la moitié du travail (voire plus).

Exercer vos aptitudes physiques est important pour vous déployer avec suffisamment de vivacité, travailler votre mental est indispensable pour garder le contrôle tant de votre personne que de la situation. Un individu avec un mental fragile est condamné à subir les évènements ainsi que ses pulsions (souvent contre-productives).

formation en ligne self defense
About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires