défense contre saisie des cheveux

Comment se DÉFENDRE contre une SAISIE des CHEVEUX [Self défense]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mp-articles-1024x524.jpg.

Saisir les cheveux d’une personne est un geste d’agression qui peut paraître relativement quelconque. Les enfants pratiquent d’instinct ce genre de « techniques » dans les cours de récré, après tout.

Empoigner les cheveux d’une personne n’a pourtant rien d’anodin et une simple saisie est souvent l’étape préliminaire d’une manœuvre plus brutale. Dans une telle situation la panique s’installe instinctivement, les zones supérieures (siège des fonctions cognitives) étant menacées, et l’organisme va se mettre en mode « alarme ». Pour vous en convaincre, observez la réaction d’une personne qui se fait agripper au cou, au niveau des cervicales. Vous constaterez quasi-systématiquement un mouvement de repli, comme si la personne essayait de se recroqueviller.

C’est d’ailleurs ce même réflexe que l’on observe quand une personne est saisie par les cheveux.

Pour ne pas que la situation nous échappe, il faut cependant s’entraîner à aller légèrement à l’encontre de ce réflexe (qui temporise le problème plus qu’il ne le résout), et se dégager de la saisie le plus rapidement possible.

La saisie des cheveux touche plus souvent les victimes féminines que les hommes, d’une part parce que les femmes ont généralement des cheveux suffisamment long pour créer une bonne prise, mais aussi parce que l’agression en elle-même est peu « virile » et qu’un agresseur va préférer s’imposer plus frontalement face à une victime masculine. Heureusement, la riposte appropriée à ce cas de figure ne nécessite pas une grande force physique.

Peu importe le cas de figure cela dit, une réponse immédiate s’impose dans les deux scénarios.

Dans cet article, nous allons voir deux approches (abordées dès le niveau ceinture jaune au Krav Maga) pour mettre un terme aux « prises de tête ».

Riposte 1 : Agir sur l’agresseur

La première option consiste une fois n’est pas coutume à agir via des percussions, en l’occurrence une double percussion au niveau des parties génitales et des yeux.

Il n’y a guère de subtilités sur cette contre-attaque, si ce n’est 2 points à garder à l’esprit à l’entraînement :

– Le bras du haut frappe les yeux, le bras du bas frappe les parties.
Cela peut paraître une évidence, mais soyez attentif au positionnement de vos membres vis-à-vis de la prise de l’agresseur. Si l’agresseur vous agrippe à la tête de la main droite, prenez garde à ne pas percuter son bras droit en tentant votre riposte au visage, en utilisant votre main gauche par exemple.

En résumé, ne vous créez pas une gêne inutile et privilégiez le côté ouvert (avec une riposte au visage de la main droite, du coup, dont le mouvement ne sera pas entravée par le bras tendu de l’agresseur).

riposte sur une saisie des cheveux du côté fermé de l'attaquant (à ne pas faire)
Évitez le côté fermé afin d’être sûr de placer vos deux percussions

– En sus des percussions, utilisez vos jambes pour effectuer une poussée vers l’avant, de sorte à donner plus de puissance à vos frappes et repousser l’agresseur vers l’arrière.

Si correctement exécutée, la technique doit logiquement résulter en un lâché de la saisie par l’agresseur, qui se sera pris deux coups dans des zones très sensibles.

Une fois libéré de la saisie, il conviendra de couvrir votre fuite par une nouvelle percussion (si nécessaire), de préférence aux génitales.

Riposte 2 : Agir sur la prise

Moins conventionnelle, la deuxième option consiste à se défaire de la saisie en exerçant des dégâts directement sur la main de l’agresseur agrippant vos cheveux.

Une prise efficace implique une préhension solide, et pour cela nous avons tendance à appuyer avec force à la base des cheveux, les phalanges repliées.

Pour bien visualiser la chose, représentez-vous un doigt et ses trois phalanges. Lorsque vous effectuez une saisie des cheveux, la phalange médiane (du milieu) est posée à plat contre le crâne, tandis que la phalange distale (la plus haute) est repliée vers l’intérieur de la main.

Dans cette configuration, il est possible de faire lâcher prise à l’agresseur en maintenant sa main plaquée contre votre crâne puis en percutant cette dernière avec votre paume, dans un mouvement du haut vers le bas pour exercer des dommages au niveau de l’articulation des phalanges (la douleur devant alors faire lâcher prise à l’individu).

saisie des cheveux avec phalanges calées contre le crâne
La zone cible, à frapper en direction du crâne

La percussion doit s’effectuer sur le dos de la main de l’agresseur, au niveaux de la jonction entre les métacarpes et les phalanges. L’onde de choc se propagera ainsi de façon ciblée afin d’occasionner un maximum de dégâts aux doigts.

Attention toutefois, cette option nécessite de mettre de la puissance dans la frappe, c’est pourquoi il faut impérativement maintenir la main de l’agresseur plaquée contre vous (sans quoi il pourrait retirer cette dernière à son bon vouloir et vous observer vous percuter bêtement le crâne…).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mp-articles-1024x524.jpg.
About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires