comment gérer son stress en cas d'agression

Comment gérer son stress en cas d’agression ?

Une agression physique, qu’elle soit simplement verbale ou sans violence, laisse inévitablement des séquelles psychologiques. Les conséquences d’une telle situation peuvent être dramatiques. À ce moment-là, vous êtes littéralement envahi par les émotions et chacun réagit différemment. Certains vont simplement être complètement paralysé, d’autres vont s’énerver, pleurer ou essayer de fuir. Le problème, c’est que tant qu’on ne l’a pas réellement vécu, difficile de savoir comment réagir.

Tout cela peut également prendre des proportions démesurées si l’agresseur est armé d’un couteau, par exemple. Pour éviter une confrontation inutile, voyons ensemble comment gérer son stress en cas d’agression.

femme se tenant la tête, main avant en bouclier, sous le coup du stress

Quelles sont les réactions possibles en cas d’agression ?

Pour découvrir comment gérer son stress en cas d’agression, il est important de connaître les différentes réactions, qu’elles soient physiques ou psychiques. Généralement, c’est l’émotion de la peur qui prend le contrôle face à une situation dangereuse, et surtout face à une agression. Mais rassurez-vous, ce phénomène est tout à fait normal. Tout simplement, il s’agit d’une empreinte génétique que nous avons hérité de nos ancêtres. Effectivement, à cette époque, la peur signifiait un danger immédiat et une décision devait être prise : fuir ou combattre.

Aujourd’hui, cela n’a pas tellement changé puisqu’il existe 3 grands types de réaction face à une agression :

  • Fuir : il s’agit de la meilleure option qui s’offre à vous. Prendre la fuite est la seule manière de défendre sa survie efficacement. Elle doit toujours être privilégiée.
  • La paralysie : malheureusement, il arrive que notre corps ne sache pas comment réagir face à l’excès de peur et de stress en cas d’agression. Résultat : vous êtes complètement inactif.
  • L’attaque : ce n’est pas le meilleur choix, mais il s’avère que dans certaines situations dangereuses, notre instinct nous suggère d’attaquer, car vous pensez être de taille à vaincre l’adversaire. Seulement, si au cours de la confrontation, l’agresseur est armé, cela peut devenir très dangereux.

Deux facteurs pour agir sur son stress en cas d’agression

Pour réduire le stress face à une situation à risque, vous pouvez agir sur deux points-clés qui vous permettent de reprendre le contrôle de votre corps. Combinée avec un bon entraînement, cette méthode donne des résultats plutôt satisfaisants. Voilà comment faire :

  • Agir sur vos pensées : plutôt que de vous laisser déborder par vos pensées négatives, essayez de vous calmer et de vous concentrer sur l’agression elle-même. Observez votre adversaire et tentez de comprendre ses gestes afin d’anticiper au maximum l’agression physique. N’imaginez pas les pires scénarios, mais restez connecté à la réalité.
  • Contrôler sa respiration : pour diminuer l’effet du stress, concentrez-vous sur votre respiration. Cela permet de vous apaiser et vous aide à réfléchir normalement. Faites un exercice très simple : respirez de plus en plus lentement et avec le ventre. Si vous posez votre main sur celui-ci, elle doit avoir un mouvement perceptible.
jeune femme en pleurs

Apprendre à gérer son stress en cas d’agression

Gérer son stress n’est pas forcément synonyme de disparition du stress, loin de là. En fait, l’idée est plutôt d’essayer de se concentrer pour favoriser le stress positif. Celui-ci est ressenti grâce à deux facteurs principaux :

  • Vous connaissez déjà la situation (l’inverse produit du stress négatif et peut vous être défavorable),
  • Vous êtes capable de faire face à cette situation, vous avez le contrôle sur elle.

Pour développer ces deux facteurs, la meilleure solution est l’entraînement. Si, chaque semaine, vous vous confrontez à des situations d’agression, avec d’autres pratiquants, durant un cours de self-défense, vous permettez à votre subconscient de ne plus être effrayé ou déstabilisé par une telle situation.

En effet, la self-défense est une méthode de défense contre les agressions très efficace, puisqu’elle travaille l’aspect concret d’une agression, comme elle pourrait se produire dans la rue. Plus vous connaissez de techniques de combat, meilleure sera votre confiance en soi.

Une bonne préparation physique et mentale

Si nous avons la capacité de réfléchir et de trouver rapidement un plan d’action, en temps normal, lors d’une agression, la vérité est tout autre. En effet, le stress peut bloquer votre capacité de réflexion et vous empêche d’être logique. Le plus difficile est donc d’imaginer ce que vous allez faire et comment vous comptez le faire.

Sauf qu’en cas d’agression, vous n’avez pas le temps. Il est nécessaire d’agir très rapidement. Pour cela, la seule réponse du corps sera les automatismes que celui-ci possède. Autrement dit, à force de vous entraîner et de répéter des gestes simples et efficaces, votre mémoire comportementale sera prête à réagir avec ces mêmes mécanismes de défense en cas d’agression.

Initiez-vous à l’autodéfense !

Finalement, si vous ne devez retenir qu’une seule chose de cet article, ce serait celle-ci : si vous connaissez des techniques pour vous protéger efficacement et que vous avez une bonne condition physique, vous serez prêt à réagir plus sereinement et à gérer votre stress en cas d’agression. Pour la simple et bonne raison que vous vous êtes préparé à cette éventualité et que vous vous attendez à ce que cela puisse arriver. Vous n’êtes pas pris par surprise.

Si vous souhaitez découvrir des gestes et techniques de self-défense, visionnez nos cours gratuits. Aussi, n’hésitez pas à réagir en commentaire et à nous dire quelle est votre méthode pour gérer son stress en cas d’agression !

About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires