comment faire une manchette

Comment faire une MANCHETTE dévastatrice [Self défense]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mp-articles-1024x524.jpg.

La manchette est une frappe assez impressionnante, que l’on retrouve souvent dans les shows télévisuels de type catch, mais elle est plus rarement enseignée dans les arts martiaux du fait de sa dangerosité. Logique, car un mauvais coup à l’entraînement peut être catastrophique au vu de la zone impactée.

En self-défense, c’est toutefois une arme de choix, quand l’occasion se présente de l’utiliser (comme toujours).

Qu’est-ce qu’une manchette et comment l’exécuter ?

Dans les sports de combat, la manchette est une frappe particulièrement violente exécutée au niveau de la gorge avec l’avant-bras.

Il n’y a pas de consensus sur la façon d’exécuter une manchette : Avec la partie musculaire ? Avec le bord radial ? De haut en bas ou de façon linéaire ?

Il est également possible de varier les zones de frappe, en visant la gorge bien entendu ou encore le visage (le nez, en particulier).

En self-défense, le pragmatisme prévaut et l’on part du principe qu’il n’y a pas de certitude dans la rue. Si la situation vous permet d’exécuter une manchette, ne vous souciez pas de la perfection technique car vous ne serez pas suffisamment lucide pour vous en souciez à l’instant T.

Cela dit, il est important d’affûter ses automatismes à l’entraînement afin d’augmenter ses chances de ressortir une technique efficace sous stress.

Dans des shows comme le catch, une manchette est en général exécutée de façon linéaire, bras tendue, envoyant le partenaire valser au sol. Impressionnant mais dangereux pour les articulations, en plus d’être peu réaliste dans l’exécution.

La self-défense s’inspire des techniques d’arts martiaux et des variantes militaires desdites techniques, et en l’occurrence la manchette s’effectue un peu différemment de ce que l’on peut voir à la télé.

La zone d’impact reste toujours la gorge, mais l’idée est d’agir en même temps sur les cervicales pour faire chuter l’adversaire.

Dans l’exemple tiré de la vidéo dont cet article fait l’objet, la manchette était utilisée comme riposte dans le cadre d’une attaque au couteau : Après avoir bloqué une attaque couteau de haut en bas avec l’avant-bras, s’ensuivait une manchette au niveau de la gorge. L’enchaînement est fluide car l’avant-bras est immédiatement disponible pour percuter la gorge (ou le visage), qui est à proximité.
C’est le concept des « armes les plus proches » à l’oeuvre !

D’une certaine manière, la manchette se donne comme un crochet, dans un mouvement circulaire avec bras fléchi pour ménager l’articulation.

L’action peut se décomposer en deux temps :

  • Percussion circulaire avec l’avant-bras, du bas vers le haut si possible (pour masquer l’approche), au niveau de la gorge ou du nez selon l’ampleur de la menace ;
  • Poussée de haut en bas en direction du sol, en utilisant le coude pour faire levier contre la mâchoire ou par pression contre le nez, ce qui a pour effet d’agir sur les cervicales et de réduire la résistance à la poussée.
manchette exécutée au niveau de la gorge
Après une percussion au niveau de la carotide, l’action en levier du coude permet de faire chuter l’agresseur plus facilement

Pourquoi la manchette est si efficace ?

Il s’agit d’une technique redoutable pour trois raisons majeures :

  • Premièrement, n’importe quel coup donné à la gorge peut être potentiellement fatal, en comprimant la trachée et bloquant de ce fait les voies respiratoires, ce qui provoque l’asphyxie.
  • Deuxièmement, la gorge est une zone où de nombreux points vitaux peuvent être percutés, ces derniers étant par ailleurs très souvent mis à contribution pour effectuer des KO dans certaines vidéos de Kyusho « extrême ».
    De nombreux points vitaux enseignés au Kyusho peuvent être très dangereux (d’où l’intérêt d’être formé et conscient des risques que comporte cette pratique), et c’est tout particulièrement le cas de ceux présents le long de la carotide.
    À l’entraînement la percussion de ces points est d’ailleurs strictement prohibée de par la fragilité de cette zone, des percussions pouvant potentiellement causer des AVC par décollement de plaques d’athérome (pour les individus ayant des problème de cholestérol, notamment). Une percussion à la gorge au niveau de la carotide entraîne assez facilement un KO vasculaire.
  • Enfin, combiné à une action du coude contre la mâchoire (de haut en bas, puis en direction du sol), la manchette agit sur les cervicales et permet de faciliter la chute d’un agresseur. Un agresseur au sol est plus vulnérable, mais cela permet surtout d’aménager sa fuite.

La manchette est une technique de circonstance, comme de nombreuses techniques. On ne place pas une manchette parce qu’on a prévu de le faire, mais parce que la situation le permet !

C’est une technique dévastatrice qu’il convient de connaître, à utiliser avec prudence à l’entraînement, et qui peut renverser le cours d’un affrontement.



En savoir plus sur le Kyusho: https://www.kyusho-france.fr/

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mp-articles-1024x524.jpg.
About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires