les 4 principes d'une attaque réelle au couteau

4 PRINCIPES d’une ATTAQUE RÉELLE au COUTEAU [Self défense]

Les défenses sur attaques au couteau sont particulièrement délicates à aborder en self-défense. D’un côté, l’objet de l’autodéfense est d’apprendre à se défendre au mieux contre un maximum de situations d’agressions ; de l’autre, cependant, il ne faut pas se leurrer : Il est pratiquement impossible de sortir indemne d’une attaque au couteau (entendez par là, sans une entaille au minimum).
Prendre la fuite sera systématiquement le but à rechercher en cas d’agression, mais c’est véritablement un impératif vital face à une arme.

Pour bien appréhender toute la difficulté d’enseigner des défenses sur attaques au couteau, encore faut-il que les élèves soient conscient des différentes dimensions que revêtent lesdites attaques, à savoir :

  • Les changements d’angles de frappe
  • Le changement de prise
  • Les déplacements
  • Les frappes

Les angles de frappe

En entraînement classique, style dojo, changer d’angle pendant une attaque est vu comme une feinte. Les attaques et défenses étant codifiés, l’élève qui change d’angle d’attaque au dernier moment est vu comme un petit plaisantin. Et d’une certaine manière c’est effectivement le cas, puisque ce dernier est sorti du cadre de l’exercice d’apprentissage.

Cependant il faut savoir rester lucide quant à la réalité des choses : Il n’y a pas de « feintes » dans la rue, il y a une attaque. Point barre. Le changement d’angle fait partie de cette réalité, il faut donc en prendre compte et s’adapter, ce qui, il faut le reconnaître, est particulièrement ardu.

changement d'angle pendant une frappe au couteau
Rien n’empêche un agresseur de changer d’angle d’attaque au dernier moment…

Le changement de prise

Un agresseur vous attaque avec son arme en main droite, et vous parvenez à intercepter le coup. Mieux encore, vous arrivez à contrôler le bras droit. Parfait !

Vous avez fait la moitié du chemin.

Jusqu’à preuve du contraire nous sommes en effet tous pourvus de deux membres supérieurs, et l’agresseur n’a pas d’intérêt à conserver son arme dans une main immobilisée.

Et sans même évoquer l’hypothèse d’une clé de bras… L’attaquant peut tout à fait vouloir vous leurrer et changer de prise en cours de route.

N’oubliez pas, nous sommes dans la rue, tout est permis !

Les déplacements

Ô grand malheur, en plus d’avoir deux bras, l’agresseur a aussi deux jambes et ne va pas hésiter à les mettre à profit pour se déplacer, aussi surprenant que cela puisse paraître pour un pratiquant habitué au confort des échanges amicaux.

Sur les côtés, de face, de profil, dans le dos, avec ou sans esquive, en bondissant, etc… L’agresseur est libre de ses mouvements et ne va pas hésiter à se déplacer (généralement en tentant de casser la distance au maximum). Soyez particulièrement vigilant quant à la gestion des distances de combat et de votre environnement pour ne pas être pris au dépourvu !

agresseur se déplaçant pendant une attaque au couteau
Le mouvement est une composante du combat. Votre agresseur saura s’en souvenir !

Les frappes

Maintenant que nous avons compris qu’un agresseur utilise ses 4 membres pendant une agression… Il devient plus facile de comprendre qu’il peut à tout moment les utiliser pour frapper… !

Si nous conseillons de focaliser notre attention au maximum sur le couteau (qui représente un danger mortel devant à tout prix être neutralisé), il faut garder à l’esprit que tout membre opérationnel demeure une source de danger.

Là encore la gestion des distances sera primordiale afin de faire jouer au maximum sa vision périphérique (qui sera fortement perturbée, le regard étant focalisé sur le couteau).

agresseur exécutant un coup de pied pendant une attaque au couteau
Un coup de pied dans les parties, et c’est le drame.

Une fois ces 4 principes d’une attaque au couteau intégrés, vous comprendrez que l’on ne se défend pas contre une telle menace sans y laisser des plumes (façon Hollywood)…

À moins d’être dans l’obligation absolue de réagir (dans le cadre d’une attaque terroriste par exemple, si l’individu est déterminé à vous tuer sans possibilité de négociations), il est donc avisé de ne pas jouer aux héros dans ce genre de situations…

Sauf à être prêt à y passer.

About The Author

Tutos Self défense

Je m’appelle Alexandre Acariès. Je pratique les arts martiaux depuis 1993. J’ai tout d’abord débuté par le Karaté style Shotokan, puis je me suis orienté des années plus tard vers le style Shotokaï de l’école Égami Shigeru. Durant cette période, j’ai participé à plusieurs compétitions sportives et j’ai remporté quelques titres ici et là aussi bien en kata qu’en combat. Par la suite, j’ai commencé l’étude du Goshin Jutsu (self défense Japonaise) où j’ai pu améliorer mes connaissances, plus particulièrement dans le domaine des clés articulaires. Après avoir obtenu mon Diplôme d’Instructeur Fédéral (DIF) de Karaté FFKDA, j’ai fait mes premiers pas d’enseignant dans deux clubs de la région Toulousaine dont un que je dirigeais en totale autonomie. Parallèlement à cela, j’ai commencé l’étude du Krav-Maga dans un club FEKM sur Toulouse. Après avoir validé mon Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré et mon 3ème Dan de Karaté, j’ai du déménager sur La Ciotat, dans le département des Bouches du Rhône. Quelques temps plus tard, j’obtiens le Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS) en Karaté et un Brevet de Moniteur Fédéral FFSCDA 2ème degré en "Contact Défense". Désireux de continuer mon apprentissage en Krav-Maga, j’ai décidé d’aller me former directement sur Paris avec une personne que je considère comme l’un des meilleurs experts de la discipline, Mr Alain Formaggio (6ème Dan, membre de la commission nationale de Krav-Maga FFKDA). J’ai donc redémarré de zéro et j’ai repassé, sur plusieurs années, mes grades un par un, de la jaune à la ceinture noire 3ème degré et j’ai été nommé Instructeur de la Krav-Maga International Federation, dont je suis l’actuel représentant pour le département des Bouches du Rhône. Je me suis également présenté, avec l’accord de Mr Formaggio, à l’examen du 4ème Dan de Krav-Maga FFKDA, que j’ai validé en mai 2013 à Montpellier. Parallèlement à tout cela, toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je décide d’entamer une nouvelle formation avec un autre grand expert, ce coup-ci en Penchak Silat. J’ai donc contacté Mr Franck Ropers (7ème degré de Penchak Silat) et je suis de nouveau retourné plusieurs fois sur Paris pour suivre ma formation et gravir les échelons de grade un à un. Quelques temps plus tard, je reçois des mains de Mr Ropers la ceinture noire 1er degré de Penchak Silat (spécifiquement axée sur la partie self défense de la discipline) et un diplôme de Professeur de l’Académie Franck Ropers, dons je suis également l’actuel représentant pour le département du 13. Fin 2014, j’entame une nouvelle formation complémentaire en Kyusho Jitsu (art des points de pression) avec l’équipe d’Experts de l’association Kyusho France. Après avoir suivi le cursus de formation, je valide après examen ma ceinture noire 1er Dan de Kyusho Jitsu D.K.I (Dillman Karaté International) À aujourd’hui, je continue mon perfectionnement dans chacune de ces disciplines et je suis régulièrement des stages dans d’autres disciplines de combat pour enrichir mes connaissances. Je m’occupe également, avec le soutien de ma famille, de mon nouveau club installé sur La Ciotat depuis 2012, le Shin Gi Tai Do, qui compte actuellement plus de 160 élèves.

Commentaires